tribune oppositionRetrouvez ici les tribunes des deux groupes d'opposition du Conseil Municipal.

Agir ensemble à gauche pour Saint-Michel

CA SE PASSE EN CONSEIL COMMUNAUTAIRE

Ce n’est guère évident à la lecture de St Michel Ma Ville ou de ce site : St Michel sur Orge fait partie de Cœur d’Essonne Agglomération, intercommunalité de 190 000 habitants dont notre maire est 1er Vice-Président. Aucun compte-rendu n’est fait en Conseil municipal de ce qui se débat en Bureau communautaire et se décide en Conseil communautaire (CC) ! Et pourtant, tous les actes posés par l’Agglo concernent à court, moyen et long terme la vie quotidienne des saint-michellois.
Notre groupe a décidé d’utiliser cet espace pour tenter de rendre compte (forcément partiellement, eu égard à la taille de cet espace !) de ce qui se décide en CC (75 points étaient à l’ordre du jour le 23 juin …).


Le CC a adopté les statuts de la Régie Publique de l’Eau et désigné les 16 membres de son Conseil d’administration (13 élu-e-s et 3 représentants associatifs). L’amendement présenté par 5 conseillers (proposant d’ajouter un poste pour un représentant des amicales de locataires et un autre des conseils de copropriétés), a été rejeté.
Le CC a adopté le Contrat d’Intérêt National de la Porte Sud du Grand Paris, important dossier d’aménagement d’un vaste territoire regroupant Cœur d’Essonne Agglomération et Grand Paris Sud. Ce contrat porte sur 5 années et prévoit les modalités de financement par l’Etat des projets majeurs proposés par chacune des Agglos (en particulier : l’aménagement de la BA217 pour notre territoire, et le Grand Stade de rugby pour celle d’Evry.)


Le CC a validé la création et la composition de son Conseil de développement, organe de concertation associant la société civile à l’élaboration du projet de territoire. Cette assemblée reflète la diversité des composantes de la vie économique, syndicale, institutionnelle, éducative et associative du territoire.
Il a été décidé de l’élaboration d’un « Plan Climat Air Energie Territorial » devant être mis en œuvre avant le 31 décembre 2018. Ce PCAET représentera la contribution de l’Agglo aux objectifs régionaux et nationaux de lutte contre le réchauffement climatique et les émissions de gaz à effet de serre.
Enfin, le CC a autorisé son président à signer un avenant avec les prestataires en charge de la collecte des déchets. Afin d’optimiser la qualité du tri, les secteurs et les fréquences de collecte seront modifiés. Pour se conformer aux préconisations de la Caisse d’Assurance Maladie, il sera mis fin à la collecte du verre en porte-à-porte.

Nous laissons les lecteurs juges de l’importance de ces dossiers … et du fait que le maire refuse qu’ils soient ne serait-ce que présentés en Conseil municipal.

 

Marie Elisabeth Barde, Isabelle Catrain, Jean Philippe Chartier, Alice Sebbag, Christian Soubra

www.agir-ensemble-a-gauche.fr

 

Citoyens avec le front de gauche

Finalement la droite n’a pas augmenté les taux cette année. Mais vos impôts locaux continueront quand même à augmenter, avec l’évolution des bases locatives et pour certains ménages, la réduction des abattements sur la taxe d’habitation !
Malgré tout la municipalité a réussi à boucler son budget. La diminution drastique des dotations versées par l’État est compensée par une purge sans précédent :
baisse des subventions aux associations, restriction de crédits pour la petite enfance, la Caisse des écoles et le centre communal d’action sociale, abandon des actions en direction des seniors, non remplacement des départs en retraite du personnel communal…
Comme les finances communales sont loin d’être saines, l’équilibre est atteint sur le papier avec la vente programmée depuis 2012 des logements de l’école Blaise Pascal (1,4 M€) et celle (fictive ?) du Foyer Georges Brassens (240 000 €). Mais nous ne pourrons pas indéfiniment brader le patrimoine communal !
Pourtant, des pistes existent pour effectuer de réelles économies. Prenons par exemple la co-propriété du centre commercial Grand Bois. Sur le premier mandat de la droite de 2008 à 2013, la ville a versé près d’un million d’euros de charges. En 2014, nous avons payé 227 590 €, sans que le maire produise les comptes de la co-propriété. Pour 2015 les crédits inscrits sont encore en augmentation de près de 10%. Si effectivement l’implication contestable de la ville dans cette co-propriété date des municipalités précédentes, rien n’interdit au maire d’intervenir pour remettre les choses à plat.
Nos propositions n’ont pas varié :
1/ Réalisation d’un audit indépendant pour cerner les éventuelles dérives commerciales et financières et produire une analyse juridique sur les évolutions possibles de cette co-propriété.
2/ Transfert à l’Agglomération du Val d’Orge des parts de la ville au sein de la co-propriété, afin que ce dossier soit traité dans le cadre de ses compétences en matière de développement économique, au même titre que les extensions autour de la Croix Blanche.
Pourquoi le maire refuse ? Y-a-t-il des choses à cacher ?

Jean-Louis Berland, Françoise Poli, Arnold Stassinet

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ville de Saint-Michel-sur-Orge

Mairie - 16 rue de l'Eglise
91240 Saint-Michel-sur-Orge
Tél. 01 69 80 29 29