services equipementsRetrouvez dans cette rubrique, les différentes tribunes publiées par les groupes du Conseil municipal.

 

TRIBUNES DE FÉVRIER 2019


Saint-Michel Ensemble

La santé de chacun est précieuse. Chaque habitant doit pouvoir accéder à une offre de soins proche. Et pourtant, nombreux sont les Saint-Michellois qui doivent patienter de longs mois avant d’obtenir un rendez-vous chez un médecin spécialiste.
Plus grave encore, les témoignages d’habitants se multiplient, recherchant désespérément un médecin généraliste acceptant de nouveaux patients. Les familles, les personnes âgées font alors part d’une inquiétude très légitime. Faute de solution alternative, les patients se tournent vers les urgences hospitalières, déjà surchargées.
Les villes n’ont pas de compétence en matière de santé, et ne peuvent agir directement sur l’offre de soin. Pourtant, il en va d’un droit à se soigner. Face à ce phénomène, la ville a alerté l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de- France. Le Conseil départemental de l’Essonne a pour sa part présenté un schéma départemental de santé 2018-2023 visant à promouvoir une offre accessible à tous et sur tout le territoire essonnien.
Mais l’Etat doit réagir. Les médecins veulent pouvoir travailler en réseau, ne pas se sentir isolés. La charge administrative qui pèse sur eux décourage souvent les vocations les plus fortes. Et surtout, l’Etat doit former plus de médecins, plus de médecins généralistes, proches des gens, connaissant leurs patients et leur vie.
Etre bien soigné, à une distance raisonnable de chez soi, c’est une demande forte des Saint-Michellois. C’est pour nous, une priorité.

Groupe de la Majorité Municipale
"Saint-Michel Ensemble"

 


Agir ensemble à Gauche pour Saint-Michel

Depuis novembre 2018, la crise des Gilets Jaunes ou « tout simplement », l’insatisfaction de nos concitoyens s’exprime et se manifeste dans l’ensemble du pays alors que deux mois auparavant seulement, le gouvernement présentait son Plan Pauvreté.
Cette crise économique et sociale est née d’une profonde insatisfaction et du sentiment que la demande d’efforts est sans cesse croissante avec une contrepartie insuffisante. Par solidarité ou directement concernées, toutes les catégories socio-professionnelles sont partie prenantes dans la réflexion suscitée par ce mouvement.
C’est également une crise politique non seulement par rapport aux décisions et orientations prises, mais également par rapport :
- à l’écoute des besoins, des attentes des citoyens
- à l'impression d'une méconnaissance ou d'un « décrochage » des réalités de la vie quotidienne des Français
- à la suite donnée aux discussions, concertations menées lors des campagnes électorales
- à la nécessité d’avoir une réflexion sur une plus grande participation des citoyens, à tous les niveaux, sur la prise de décision : est-ce vraiment la solution ?
C’est aussi une crise intergénérationnelle car elle est le reflet de l’inquiétude des générations actuelles quant au pays qu’elles transmettront aux générations à venir, sur l’espérance d’y vivre bien, décemment tout en restant ouverts…
Ces questions, réflexions, sont entendues, répétées depuis de nombreuses années et au fil des mandats électoraux.
La différence avec ce que nous vivons depuis la mi-novembre, est la détermination de ce mouvement - dont nous ne pouvons que regretter la récupération violente tentée par certains – ainsi que la réflexion et les réponses qu’il a déjà suscitées à travers le pays. Le débat national qui s'organise à tous les niveaux du pays, permettra de clarifier les demandes économiques, sociales et politiques de ce mouvement citoyen et de voir quelle réponse lui sera réservée.
Un pays comme toute organisation humaine est en mouvement, avec la nécessité de se réformer au fil des décennies, car le monde lui, n’est pas statique. Mais cette réforme doit être menée avec réalisme, justice et pragmatisme de part et d’autre.

Marie-Elisabeth Barde, Laurie Bartebin

 


SAINT-MICHEL EN COMMUN, ALTERNATIVE CITOYENNE

Le décalage s’accroit entre la communication événementielle radieuse de la municipalité et la réalité chaotique de sa gestion. Prenons quatre exemples :
- Il y a 5 ans, la municipalité annonçait le lancement éminent de travaux d’aménagement aux abords de la gare RER. Aujourd’hui, on nous indique que ce dossier est « difficile », mais que les
choses « avancent » !
- Depuis bientôt un an, le plan « action coeur de ville » pour le quartier du Bois des Roches est présenté comme « une chance sans précédent pour Saint-Michel ». On nous précise que le dossier est « complexe » et que de nouvelles études sont en cours. Pourtant des travaux de voirie pour plus de 2 millions d’€ sont annoncés aux abords du centre commercial sans que l’on ait la moindre information sur son devenir. La concertation prévue est sans cesse reportée et aucun plan de financement n’est acté !
- Lors des voeux de la municipalité, la Présidente du Conseil régional se félicite d’avoir décerner le label "Patrimoine d'intérêt régional" au Hall de Villagexpo. Mais de son côté, la municipalité a décidé de rompre le bail avec la copropriété pour un coût de 800 000 € et de ne plus prendre en charge l'entretien et le fonctionnement de cet équipement !
- On nous annonce que les taux des impôts locaux n’augmenteront pas en 2019. Mais vous devrez quand même subir une augmentation de 2,2% des valeurs locatives sur vos avis d’imposition.
Les finances de la ville sont au plus mal. Malgré les constructions nouvelles, la population de la ville est tombée en 5 ans de 20 502 à 20 036 habitants (de plus en plus de logements et de commerces sont vacants). En dépit de l’augmentation des impôts de 15% en 2016, le total des recettes fiscales encaissées stagne. Aussi l’encours de la dette de la ville va passer de 6,6 millions fin 2018 à près de 11 millions fin 2019 !
Notre prochain rendez-vous citoyen, aura lieu le samedi 9 février de 10h30 à 12h, salle Berlioz. Nous vous décrypterons, en particulier, le budget 2019 présenté au Conseil municipal du 7 février.

Jean-Louis Berland, Françoise Poli, Corinne Bediou, Clément Jehanno
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


GROUPE ÉCOLOGISTES ET CITOYENS CŒUR D'ESSONNE

S’INSPIRER DES BONNES PRATIQUES ,,,
Lors de la cérémonie de voeux, scandaleusement débutée par un meeting électoral et une séance de congratulations autosatisfaites de la Présidente de la Région et du Président du Conseil Départemental, Madame le Maire a annoncé quatre actions pour 2019 … actions absentes du débat d’orientation budgétaire tenu au Conseil municipal de décembre.
Privilégier la communication tonitruante au débat avec les élu.e.s de la ville est un grand classique d’une bien vieille manière de faire de la politique…
Parmi ces annonces : la création, d’une police municipale, d’une mutuelle communale et d’une structure d’achats groupés de bois de chauffage et de fuel. Rien n’a été dit lors du débat d’orientations budgétaires sur le périmètre, le coût prévisionnel et le financement de ces projets … Il était visiblement plus important pour la majorité municipale de conserver le secret pour communiquer par effet d’annonce plutôt que de débattre avec l’ensemble de la représentation municipale et des saint michellois de la mise en oeuvre de ces projets …
Madame le Maire revendique de s'inspirer de ce qui se fait de bien ailleurs pour l'appliquer à St Michel sur Orge … c'est une bonne chose ! Partager et débattre du projet municipal avec l’ensemble des élu.e.s, des habitants, des associations et collectifs serait aussi une bonne idée ! Car la concertation qui reste désespérément embryonnaire chez nous, donnerait plus de sens aux projets. Si la mutuelle communale et les achats groupés de bois et de fuel sont une bonne idée, nous partageons moins l'enthousiasme autour de la création d'une police municipale … mais nous ne demandons qu’à en débattre ! De ça et d’autres projets et actions réalisées avec succès dans d’autres villes ! Pour n’en citer que quelques-uns: le revenu minimum garanti financé par les économies d'énergie sur les bâtiments communaux mis en place à Grande-Synthe … ou les systèmes de concertation réelle mis en place par exemple à Saillans ou Grenoble … Avec une piste pour les financer : réduire les dépenses de communication de la ville et répartir les économies réalisées sur des dispositifs ambitieux de concertation effective et efficace.
Madame le Maire se fait facilitatrice localement du grand débat national, encore un paradoxe alors même que la concertation effective avec la population et les élus est la grande absente depuis le début des mandats de la majorité !

Isabelle Catrain et Christian Soubra
https://ecologistescitoyens-cde.blogspot.fr/

 

 


Archives

2019

Tribunes janvier 2019

Tribunes février 2019

2018

Tribunes janvier 2018

Tribunes février 2018

Tribunes de mars 2018

Tribunes d'avril 2018

Tribunes de mai 2018

Tribunes de juin 2018

Tribunes juillet-août 2018

Tribunes de septembre 2018

Tribunes d'octobre 2018

Tribunes de novembre 2018

Tribune de décembre 2018

2017

Tribunes_janvier_2017

Tribunes_février_2017

Tribunes mars 2017

Tribunes avril 2017

Tribunes mai 2017

Tribunes juin 2017

Tribunes juillet - août 2017

Tribunes septembre 2017

Tribunes octobre 2017

Tribunes novembre 2017

Tribunes décembre 2017

 2016

Tribunes_janvier_2016

Tribunes_Fevrier_2016

Tribunes_mars_2016

Tribunes_avril_2016

Tribunes_mai_2016

Tribunes_juin_2016

Tribunes_juillet-août_2016

Tribunes_septembre_2016

Tribunes_octobre_2016

Tribunes novembre 2016

Tribunes décembre 2016

2015

Tribunes-janvier-2015

Tribunes-fevrier-2015

Tribunes-mars-2015

Tribunes_avril_2015

Tribunes_mai_2015

Tribunes_juin_2015

Tribunes_juillet aout_2015

Tribunes_septembre_2015

Tribunes_octobre_2015

Tribunes novembre 2015

Tribunes_decembre_201

Ville de Saint-Michel-sur-Orge

Mairie - 16 rue de l'Eglise
91240 Saint-Michel-sur-Orge
Tél. 01 69 80 29 29