services equipementsRetrouvez dans cette rubrique, les différentes tribunes publiées par les groupes du Conseil municipal.

 

Tribunes de mars 2017

 

Saint-Michel Ensemble

L’Etat souhaite-il la mort des communes ?

Si l’on voulait supprimer les communes, on ne s’y prendrait pas mieux. Après avoir asphyxié les finances des villes en leur retirant une grande partie de leurs dotations et après les avoir forcées à intégrer des agglomérations peu cohérentes avec les bassins de vie de ses habitants, voilà que l’Etat souhaite les dépouiller de leurs missions historiques.
Tout d’abord avec la compétence du Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui, selon la récente loi ALUR doit devenir une prérogative des agglomérations. Fort heureusement, en cas de refus de la majorité des villes membres de l’agglomération, cette mission peut rester communale. C’est la démarche que nous avons menée avec l’ensemble des élus de Cœur d’Essonne Agglomération. Le PLU restera donc communal, mais pour combien de temps encore ?
Malheureusement, l’opération de détricotage ne s’arrête pas là ! Nous avons appris le 12 février dernier, que seulement 16 jours plus tard, soit le 28 février, la Ville de Saint-Michel-sur-Orge se verra retirer l’instruction des demandes de carte nationale d’identité. L’Etat a en effet décidé que seules les communes aujourd’hui équipées du matériel électronique nécessaire à l’enregistrement des demandes de passeports biométriques, seraient habilitées à traiter les cartes d’identité nouvelle génération.
Aujourd’hui, ce sont entre 1 300 et 1 400 demandes de Carte d’Identité qui sont traitées chaque année dans notre commune. Dès le 28 février, les Saint-Michellois devront se rendre à Brétigny ou Sainte-Geneviève pour faire leur démarche. Comment ces villes feront-elles pour absorber l’afflux des demandes alors que les délais d’obtention d’un rendez-vous pour un passeport, y sont déjà extrêmement longs ?
Cette méthode, qui consiste à retirer à certaines communes des pans essentiels de leur mission, sans concertation et de manière brutale, est honteuse. Monsieur le Maire est aussitôt intervenu auprès du Ministre de l’Intérieur afin de réclamer l’installation en mairie de Saint-Michel du matériel nécessaire au maintien de ce service incontournable !
Nous attendons de lui une réaction rapide car une ville de plus de 20 000 habitants comme Saint-Michel, ne peut être privée de cette mission !

Groupe de la Majorité Municipale « Saint-Michel Ensemble ».

 

Agir ensemble à Gauche pour Saint-Michel

Ce n’est guère évident à la lecture de St Michel Ma Ville : St Michel sur Orge fait partie de Cœur d’Essonne Agglomération, dont notre maire est 1er Vice-Président. Aussi, tous les actes posés par l’Agglo concernent notre vie quotidienne et mériteraient une large place dans la communication municipale !
Nous en avons eu un exemple avec la mise en place chaotique des nouvelles procédures de collecte des déchets, procédures à l’étude depuis plus de 18 mois et dont le maire était parfaitement informé ! Mais parce qu’il était à titre personnel opposé à ces changements, il a systématiquement refusé nos propositions d’information du Conseil municipal et des habitants sur ce sujet … Combien de problèmes et de doléances auraient pu être évitées si, dès la mi-2016, les habitants avaient été informés des modifications et associés (par exemple) au choix des emplacements de conteneurs de verre ? L’insuffisance de communication du maire a simplement conduit à rendre encore plus compliqué ce changement, dont l’objectif est d’optimiser financièrement et techniquement ces collectes … Un objectif qui aurait mérité d’être expliqué aux habitants en détails et autrement qu’en toute dernière minute !
Le 31 janvier, la Régie publique qui prendra le 1er mai le relais des multinationales Suez et Veolia pour distribuer l'eau potable des habitants et des entreprises de l'ex-Val d'Orge a voté son premier budget. Malgré un chiffrage large fondé sur des prévisions de dépenses importantes (tenant compte des graves lacunes dans les informations fournies par les délégataires), le montant des dépenses réelles est inférieur, en année pleine, de 25,6% (soit 16,40 millions d’€) aux charges déclarées par les multinationales pour l’année 2015 !!! La Régie publique, c’est donc le bon choix !!!!!

Marie Elisabeth Barde, Isabelle Catrain, Jean Philippe Chartier, Alice Sebbag, Christian Soubra
www.agir-ensemble-a-gauche.fr

 

Citoyens avec le Front de Gauche

Le 21 mai 2015, le Conseil municipal approuvait le contrat de ville 2015/2020 du Val d’Orge. Celui-ci prévoit notamment la réhabilitation des bâtiments de la résidence Boieldieu-Bizet et la requalification des espaces extérieurs pour un montant estimé à 6 835 836 €. Cette résidence, construite en 1969, est en effet classée « quartier prioritaire ». Elle comprend 273 logements sociaux appartenant au bailleur Coopération et Famille (place Gabriel Fauré, allée Lully, rue Boieldieu, allée Erik Satie, rue Bizet) et 80 logements en copropriété (allée Lully et rue Bizet).
Le conseil citoyen qui devait, il y a plus d’un an, associer les habitants à la définition des travaux et des actions pour améliorer la cohésion sociale n’est toujours pas mis en place. Les locataires viennent seulement de recevoir un questionnaire d’un bureau d’étude missionné pour réaliser un audit énergétique.
Alors qu’un financement européen a déjà été obtenu pour 1 367 000 € et que le bailleur a déjà bénéficié en 2016 d’un abattement de 43 667 € sur sa taxe foncière, le programme de réhabilitation n’est toujours pas arrêté. Interrogé sur l’état d’avancement du dossier lors du Conseil municipal du 31 janvier, le maire a été incapable de donner des informations concrètes et sa première adjointe est restée silencieuse, accaparée par son ordinateur portable…
Nous sommes préoccupés par la dégradation des conditions de vie dans plusieurs bâtiments du fait de travaux non effectués depuis des années dans différents logements et d’un déficit d’entretien des parties communes. Nous nous inquiétons également de la précarisation de plus en plus importante de certaines familles et d’un niveau de charges conséquent qui pèse à la fois très lourdement sur les locataires et la copropriété. Il est indispensable que la municipalité et le bailleur indiquent rapidement le contenu et le calendrier des travaux, tout en précisant, compte-tenu des financements publics octroyés, qu’il n’y aura aucune répercussion négative sur le montant des charges pour les locataires et la copropriété.

Prochain Rendez-vous citoyen : samedi 11 mars de 10h30 à 12h, salle Berlioz.

Jean-Louis Berland, Françoise Poli, Arnold Stassinet
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Archives

2017

Tribunes_janvier_2017.pdf

Tribunes_février_2017.pdf

Tribunes mars 2017.pdf

 

2016

Tribunes_janvier_2016.pdf

Tribunes_Fevrier_2016.pdf

Tribunes_mars_2016.pdf

Tribunes_avril_2016.pdf

Tribunes_mai_2016.pdf

Tribunes_juin_2016.pdf

Tribunes_juillet-août_2016.pdf

Tribunes_septembre_2016.pdf

Tribunes_octobre_2016.pdf

Tribunes novembre 2016.pdf

Tribunes décembre 2016.pdf

 

2015

Tribunes-janvier-2015.pdf

Tribunes-fevrier-2015.pdf

Tribunes-mars-2015.pdf

Tribunes_avril_2015.pdf

Tribunes_mai_2015.pdf

Tribunes_juin_2015.pdf

Tribunes_juillet aout_2015.pdf

Tribunes_septembre_2015.pdf

Tribunes_octobre_2015.pdf

Tribunes novembre 2015.pdf

Tribunes_decembre_2015.pdf

Ville de Saint-Michel-sur-Orge

Mairie - 16 rue de l'Eglise
91240 Saint-Michel-sur-Orge
Tél. 01 69 80 29 29